Les actualités du réseau ToutCostaRica

Volcan Turrialba

Des voyageurs entendent parler dans les médias du volcan Turrialba

Le Costa Rica est un véritable paradis pour les amoureux de la nature. Animaux en tout genre, plages, parc nationaux vierges, on trouve aussi dans le pays du Pura Vida plus de 100 volcans. Dont 5 sont réputés actifs. Le volcan Turrialba est un de ceux-là.

Ce volcan Turrialba a une activité régulière depuis bien longtemps. Le dégazage permanent de couleur blanche lui aurait donné son nom (tour d’albâtre). Il partage la même poche magmatique profonde que l’Irazu, ce qui explique que lorsque le Turrialba joue bien son rôle de soupape, il permet de réguler l’activité et la pression de l’Irazu. Ce qui est bien.

Ayant connu un regain d’activité depuis 2010, il a hoqueté en janvier 2017. Ce sont des poussées de cendres de quelques centaines de mètres (pas de quoi déplacer un vulcanologue), sans danger pour les populations locales. Pour la petite histoire, les flancs du volcan sont encore habités et même un irréductible (gaulois) installé sur la lèvre intérieure du cratère depuis avant la création du parc national… Mais ces projections de cendres sont portées par les vents dominants et ont déjà perturbé à 3 ou 4 reprises pendant au plus quelques heures le trafic aérien de l’aéroport international Juan Santamaria de San José (SJO). Certaines compagnies aériennes long courrier ont même annulé préventivement quelques vols… alors qu’il y a toujours un aéroport de dégagement, comme Liberia.

Rien à voir, donc, avec une explosion du Krakatoa de 1883 (cendres projetées à 27km d’altitude) ou encore l’éruption continue de l’Eyjafjallajökull islandais qui avait paralysé le trafic aérien dans l’Atlantique nord pendant des semaines.

Le Costa Rica est au carrefour des deux Amériques, deux façades maritimes (Caraïbes et Pacifique), une nature vierge qui attire les amoureux de faune et de flore. Mais il permet aussi de découvrir le monde volcanique. C’est un des autres attraits du pays, avec 5 volcans réputés actifs, donc aussi le Poas, qui fume en permanence et dispose de son lac acide. Aller dans le secteur Turrialba, même si le parc national du cratère lui-même est interdit d’accès permet de mieux comprendre ce phénomène naturel…

Et la prochaine fois, lorsque vous découvrirez un reportage « spectaculaire » sur le Turrialba, vous saurez prendre le recul nécessaire par rapport au sensationnalisme des journaux télévisés…
Osa Parc Corcovado Station La Sirena

Augmentation importante de prix des excursions avec nuit au Corcovado à la Station de La Sirena

Le Corcovado redeviendrait-il un Eldorado ?

Ce monument du Costa Rica, siège d’une diversité époustouflante, d’une grande faune étonnante est une destination incontournable pour une partie des voyageurs, adeptes de safari à pied.

Il est toujours difficile de concilier pression touristique et préservation des merveilles. Des changements viennent d’intervenir, à l’initiative des autorités du Costa Rica, qui ont un impact important sur le coût de certaines randonnées.

La plupart des voyageurs se rendent à la Station de La Sirena en bateau, en journée, de Drake ou de Sierpe. Pour ceux-là, pas de changement.

La Station de La Sirena est au cœur du parc, elle a un cahier des charges très exigeant (pas de ponton, campement sur pilotis, gestion complète des fournitures et des déchets…).

La gestion de la Station est concédée depuis à un gérant. Un nouveau gérant nommé par les autorités vient de prendre les commandes.

A partir du 15/01/2017, pour ceux qui dorment à La Sirena, que ce soit à pied en provenance de Puerto Jimenez ou en bateau de Drake, les tarifs augmenteront de manière considérable :
- de 8.00 USD à 30.00 USD la nuit par personne (soit +88$ à 2 et 2 nuits sur place),
- il est aussi envisagé qu’ils rendent l’achat de nourriture sur place obligatoire, ce qui pourrait encore faire grimper le tarif. Nous n’arrivons pas à avoir une confirmation formelle, mais cela semble déjà la nouvelle pratique.

Cette décision a un impact non négligeable sur le prix des forfaits proposés par les partenaires de réseau solidaire ToutCostaRica (notamment Surcostours pour les excursions à pied de Puerto Jimenez et Corcovado Info Center pour les excursions en bateau de Drake avec nuit à La Sirena) qui n’ont d’autre choix que d’accepter bon gré mal gré cette inflation soudaine sans préavis et qui s’applique même aux commandes antérieures à cette annonce…

Comme dirait ma grand-mère, « l’union fait la force ». Nous ferons ce qui est possible pour remonter les remarques légitimes des voyageurs surpris de ces hausses brutales. Comme complétait en réalité malicieusement ma grand-mère, « l’union fait la force et l’oignon fait la soupe ». :-). Et la soupe semble bonne…

A moins que le cahier des charges le justifie, ou que des voyageurs aient (comme souvent) abusé, comme par exemple en profitant de la non-obligation de prendre les repas à la Station de La Sirena… pour ne pas rapporter leurs déchets…

L’enquête se poursuit.
Otto Upala Costa Rica Nicaragua

Un petit retour sur Otto

Vous avez été nombreux à nous témoigner votre soutien solidaire et à prendre des nouvelles, voire à vous inquiéter pour un prochain séjour. Merci !

Comme vous avez pu le voir aux informations télévisées, ce phénomène a effectivement causé un très fort battage médiatique, course à l’échalote des plans de prévention (dont des évacuations justifiées de sites isolés et potentiellement exposés).

Derrière l’emballement médiatique, les images sensationnelles, les postures de responsabilité et les alertes de certains sites supposés de prévention, quelle réalité et quelle conséquence ?

Depuis la création des statistiques météorologiques (1851), le Costa Rica était réputé à l’abri des ouragans. Un petit paradis dans ce monde de brutes.

Otto, qui a alterné entre tempête tropicale et ouragan (il a été classé, déclassé, reclassé) de Classe I (sur une échelle de 5 et même 6 dans les films), est venu jouer les trouble-fêtes.

Une chose est sure : Otto est aujourd’hui derrière nous. Aucun voyageur du réseau n’a été impacté directement.

Bon Ok, la vérité est que le nord du pays a bien été arrosé !

Que s’est-il passé ?

Jeudi 24 Novembre, après s’être invité au Panama où il a notamment renversé un arbre sur une voiture, Otto est parti vers le nord. Le Costa Rica a lancé une alerte pour l’arrivée de l’Ouragan/Tempête tropicale Otto. Il a hésité, est resté en mer 2 jours au large dans le Golfe du Mexique, a été déclassé, puis a repris un peu d’eau au passage, et a (chose exceptionnelle), traversé l’extrême-nord du pays, couvrant même une partie du Nicaragua.

Les habitants des zones isolées du nord côté Caraïbes (accessible seulement par bateau et qui potentiellement était à risque) ont été mis en sécurité. Et c’était justifié devant le danger.

Seules cette région a vu passer Otto et est vraiment concernées.

Les Zones atteintes :

Au final, c’est donc l'extrême-nord et surtout le sud Nicaragua qui ont été traversés, avec comme conséquence surtout une très grosse douche. Les témoignages n’ont pas fait état de vents excessifs comme annoncés.

Quelques rivières ont gonflé, causant comme chaque fois des glissements de terrain et bloquant dans l’instant certaines routes dans le nord du Pays.

9 personnes (presque toutes isolées et/ou qui avaient refusé de se mettre en sécurité) ont malheureusement disparu.

Les dégâts se concentrent majoritairement sur le secteur d’Upala et donc à proximité de Bijagua. Pour les voyageurs circulant dans le secteur, parfois un peu de peur quand ils n'avaient jamais connu de phénomène météo. L'habitat est très léger au Costa Rica, vous le savez sûrement. Et donc des dégâts importants dans cette ville et aux environs proches.

Beaucoup d'eau est tombée (environ 20cm en quelques heures). En comparaison, les pluies de 2011 dans le Pacifique sud ont atteint 70cm en 24h... dans un silence absolu.

Il faut laisser le temps d'absorber, ce que la terre du Costa Rica fait très bien. Quelques ponts ou pistes, comme à chaque grosse pluie, sont à rafistoler (c'est chaque année la même chose). Les agences du service public travaillent pour rétablir l’eau, l’électricité et les services de télécommunication là où c’est nécessaire dans la région touchée.

Au 1er décembre, tout devrait graduellement revenir à la normale dans tout le pays.

Une Solidarité exceptionnelle :

Une chaîne de solidarité (la presse s’est révélée utile au moins pour ça) a été organisée très rapidement dans tout le pays pour appeler aux dons et envoyer de la nourriture et des vêtements aux habitants sinistrés. Des concerts ont été organisés gratuitement (comme à Alajuela Samedi dernier par exemple !) pour témoigner du soutien de la population. Des containers ont été placés dans les centres villes où les habitants sont venus déposer des vivres pour envoyer vers le nord du Pays.

Conséquence médiatique et bienveillance inscrite dans les gênes, les ticos ont tous été très concernés par les évènements et prévoient un soutien aux sinistrés sur le long-terme.

Et aujourd’hui alors ?

Aujourd’hui la région nord est ré-ouverte, les régions d’Upala et Bijagua sont bien sûr accessibles.

Mais nous laissons les services, les populations et les bénévoles travailler sereinement avant de renvoyer des voyageurs d’ici quelques jours. Et de toute manière, les rangers effectuent les tours dans les différents parcs pour vérifier que tout est en ordre et rien de dangereux pour les voyageurs.

En ce qui concerne le reste du pays, en vallée centrale, dans le sud, les Caraïbes sud, la péninsule de Nicoya, le Pacifique Centre et Sud aucune manifestation notable : les fenêtres sont restées ouvertes tout le temps. Ce qui permet de s'étonner des quelques annulations étranges de vol de compagnies américaines ou d'Iberia…

Tout est déjà réglé. Une semaine plus tard, il est probable que vous ne verrez aucune trace de tout ça.

Le Parc du Corcovado dans la péninsule d’Osa qui avait été très impacté par les pluies (classiques mais fortes en octobre-novembre, dans un silence de cathédrale) a ré-ouvert récemment. Tortuguero est ouvert également.

Vous voulez aider ?

La meilleure manière de démontrer votre solidarité est de prendre du recul sur certains sites peu responsables dans leur message et de venir à la rencontre des costariciens. C’est une population soudée et concernée… d’autant que cet événement est exceptionnel… surtout que ce n’est pas la période pour ça. Tout fout le camp !

Si vous voulez aider financièrement, il y a des sites de collecte fiables que nous vous envoyons sur demande (via la page contact).

Pour vous ?

Si vous arrivez à partir du 01/12/2016, Pura vida.

Comme disait ma grand-mère : « respirons par le nez »…

Les pluies contribueront à la couleur verte des paysages (choisissez un appareil photo qui rend bien les tons de vert).

Décembre est appelé le mois des Lumières, c’est le moment où il se met à faire beau partout, avec souvent des ciels bleus cristallins et une luminosité à faire pâlir le plus grand photographe bourlingueur.

Température de la mer partout : 30° C environ. Comme toute l’année.
fêtes fin d'année chariots carnaval tope chevaux costa rica

Fêtes de fin d'année au Costa Rica

Pays de Culture très catholique, la Costa Rica accueille le mois de décembre avec une attention toute particulière.

De nombreux événements ponctuent cette fin d’année toujours dans la joie et la bonne humeur « pura vida » chère au cœur des Costariciens sans pour autant empêcher le pays de tourner. On reste tout de même très loin des fêtes saintes espagnoles ou du carnaval de Rio.

Parmi les plus attendus on compte par exemple le « Día de la luz », où fête des lumières en français qui se déroule le deuxième samedi de décembre. Depuis près de 20 ans maintenant, à 18h, des centaines de chars d’entreprises privées ou publiques prennent le départ depuis le Gimnasio Nacional pour un défilé de plus de 3km jusqu’à la Plaza de la Democracia. Les feux d’artifices lancés depuis les toits des édifices les plus hautes du centre ville de San José donnent le top départ. Les arbres du Paseo Colon et de l’Avenida Segunda s’illuminent pour guider le chemin.

Les différents chars rivalisent d’ingéniosité pour être les plus lumineux et les mieux décorés à grand renfort de déguisements, de musique et d’éclairages colorés.
Depuis 2005, une nouvelle parade, composée de danseurs, de personnages déguisés et masqués, dénommée « Pasacalle » est également organisée à 15h pour ouvrir la voie aux autres chars.

Un autre événement attendu avec impatience est le « Tope de Zapote ». Cette parade à cheval qui prend place le 26 décembre à l’est de San José compte souvent près de 5000 cavaliers et carretas (chars à bœufs). Ce jour là, la tenue de cow-boy est de rigueur. Au XIXème siècle, les carretas étaient le seul moyen de se déplacer. Un char finement peint et décoré était synonyme d’un statut social élevé. Les Costariciens perpétuent cette tradition et offrent, pour le plus grand plaisir des spectateurs, des chars colorés, aux dessins travaillés et aux formes souvent géométriques. Le père de famille est aux commandes du char qui transporte le reste de la famille. Bières et barbecues improvisés sont souvent de la partie.

Cette parade se déroule pendant las fiesta de Zapotes, du 25 au 31 décembres, au cours desquelles Zapote, district de San José, se transforme en scène animées où l’ont peut assister à des défilés ou des danses folkloriques. De nombreux manèges ainsi que stands de nourriture sont également installés.
Le clou du spectacle a lieu le 27 décembre lors du carnaval de San José. Dans le centre de la Ville de Desemparados, au sud est de San José, des centaines de chars présentant des personnages allégoriques, des énormes ballons et des bandas souvent accompagnées de danseurs défilent afin d’offrir un spectacle unique.
Fête de l'indépendance événement enfants

Fête de l'indépendance

La fête nationale de l’indépendance se déroule le 15 Septembre. Elle est très importante voire même considérée comme sacrée par tous les Costariciens. L’indépendance date de 1821, ce qui est assez récent et est célébrée tous les ans.
Cette fête débute le 14 Septembre au soir avec le traditionnel défilé aux flambeaux qui commémore la fameuse action du peuple ce 15 Septembre 1821, ayant abouti à l’indépendance.
Ensuite, tout au long de la journée, des festivités ont lieu : des enfants en costume traditionnel défilent, des cérémonies sont organisées dans plusieurs villes … Fanfares, artistes de rue, groupes folkloriques et drapeaux du Costa Rica sont présents dans tout le pays. Un grand événement qui rassemble tout le peuple du pays. 
Jour de la Vierge Dia de la Virgen

Jour de la vierge

 
Le jour de la vierge de Los Angeles a lieu le 02 Août chaque année. Cette célébration donne lieu à un pèlerinage depuis San José jusqu’à la basilique Nuestra Señora de los Angeles. Cette marche est d’environ 22 km. C’est une des traditions les plus importantes au Costa Rica, elle réunit environ 2 millions de personnes (sur environ 5 millions d’habitants dans le pays). Le but étant de rendre hommage à la vierge personnifiée en statue dans une des chapelles de la basilique de Cartago. Un évènement majeur dans la vie du peuple costaricien. 
Saison des baleines juillet océan mer

Saison des baleines

Le Costa Rica est un lieu privilégié pour observer des baleines. C’est à la péninsule d’Osa que la saison des baleines est la plus longue. Les baleines à bosse arrivent de l’hémisphère sud d’Août à Octobre et celles du nord y migrent de Décembre à Avril. Il y a donc des baleines quasiment toute l’année dans le pays. Les baleines à bosse sont les plus faciles à observer car très joueuses. Leur taille peut aller de 14 à 17 mètres et elles pèsent de 25 à 30 tonnes. Leur espérance de vie est de 50 ans en moyenne.
Vous pouvez aussi admirer ces baleines au Parc National Marino Ballena, près d’Uvita, où il y a des baleines huit mois par an.